Rechercher
La valeur de la terre – De Deux Choses Lune
6877
portfolio-item-template-default,single,single-portfolio-item,postid-6877,eltd-core-1.0,woly-ver-1.0,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,eltd-mimic-ajax,eltd-grid-1200,eltd-blog-installed,eltd-follow-portfolio-info,eltd-main-style1,eltd-disable-fullscreen-menu-opener,eltd-header-standard,eltd-sticky-header-on-scroll-down-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-menu-item-first-level-bg-color,eltd-dropdown-default,eltd-,eltd-header-style-on-scroll,eltd-header-standard-disable-transparency,eltd-fullscreen-search eltd-search-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

La valeur de la terre

90 minutes - Sortie 2017

En développement, Long métrage documentaire

La valeur de la terre

 

Synopsis

En France, chaque année, plus de 3 millions de mètres carrés commerciaux sortent de terre. Dans le monde, 20 millions d’hectares sont ainsi artificialisés chaque année. C’est l’équivalent de la surface d’un stade de football qui disparaît toutes les 5 minutes.

Pourtant, le foncier agricole est une ressource non renouvelable : quand une terre est construite, elle ne retournera plus à l’agriculture.

Alors que l’Europe importe déjà l’équivalent de la production de 35 millions d’hectares, et que nous sommes donc en manque d’espace agricole, c’est notre capacité à nous alimenter qui est en jeu.

Au nord de Montpellier, la société Décathlon souhaite installer un centre commercial sur plus de 23 hectares de terres agricoles. La légitimité du projet est remise en cause par un nombre croissant de citoyens et de commerçants.

Quand il faut choisir la destinée d’une terre, des visions du monde et des systèmes de valeurs se rencontrent et se confrontent :

Quelle valeur donne-t-on à la terre, entre bien commun et monnaie d’échange ?

Et si les pouvoirs publics, entreprises et populations avaient les moyens d’inverser la vapeur en transformant nos manières d’habiter, de produire et de consommer ?

Un groupe d’enfants interroge ce qu’est une terre. Guidés par un conteur, ils explorent comment, hier comme aujourd’hui, les hommes ont occupé, exploité et travaillé le territoire.

Peu à peu, ils esquissent ensemble les conditions et les solutions pour sa préservation. Des solutions concrètes, inspirantes et qui portent déjà leurs fruits partout en France, et à l’international.

Dans toute la France, des associations de citoyens, des commerçants et agriculteurs dénoncent les atteintes sociales, économiques et environnementales de ces projets. Ils se mobilisent pour alerter l’opinion publique et ses représentants sur l’urgence de la situation.

Parallèlement, des paysans, des commerçants, des artisans, des élus, des chercheurs mettent en œuvre des alternatives pour préserver les sols et plus largement, occuper et vivre différemment le territoire.

Ils innovent et agissent pour construire une société plus équitable, en réconciliant économie, emplois et préservation des terres.

Ailleurs, et sur tout le territoire, des groupes de citoyens mettent en marche un autre modèle de société. Ils conçoivent et construisent des habitats partagés, créent des entreprises qui permettent de relocaliser la production et créer des emplois de qualité, ils consomment en circuit-court, ils s’engagent pour que des limites soient posées par les pouvoirs publics à l’artificialisation des terres.

Au fil de la découverte des personnages et des explorations des enfants, les alternatives économiques, agricoles et sociales à l’étalement urbain, déjà opérationnelles et porteuses d’espoir, se dévoilent.

Suivre l’actualité du film sur la page Facebook.